Les types de papiers

Standard

Papier n'ayant bénéficié d'aucun traitement de surface du type lissage ou calandrage.

Satiné (ou calandré)

Les points les plus hauts sont arasés, la surface est plus douce et d'aspect mat. Un papier satiné a subi une opération de lissage ou calandrage, c'est pourquoi on parle aussi de papier lissé ou calandré.

Pigmenté

Les alvéoles du papier sont en partie comblées au moyen de pigments mats ou légèrement brillants. Le papier est ensuite lissé pour obtenir un état de surface homogène. Il renforce la densité optique et diminue le temps de séchage.

Les critères de qualité d'un papier

Ces critères permettent de mesurer la qualité d'un papier.

Des critères visuels

Blancheur : Valeur définissant le degré de blancheur par rapport au blanc absolu.
Unité utilisée : degré de CIE. Elle est déterminée par la Commission Internationale de l'Éclairage et prend en compte les variations de teinte du papier obtenues par les azurants optiques et colorants.
Cette mesure est visible à l'œil nu.
La plage blancheur CIE des papiers " bureautiques " s'étend de 135 à 170.
Elle détermine l'éclat et la fraicheur d'un document, le contraste et l'intensité des couleurs.

Epair : Définit l'homogénéité de la répartition des fibres, l'aspect interne du papier.
Unité utilisée : Kajaani ; il mesure la répartition des fibres dans le feuille. Les valeurs moyennes pour les papiers standards sont comprises entre 60/80 et sont de 100 pour les papiers lissées. Cette mesure est visible à l'œil nu.
Une formation parfaite garantit une impression optimale et une finesse du détail. A l'inverse, une formation peu ou pas homogène procure une impression inégale et une restitution partielle des détails.
L'épair à une incidence sur la formation de la feuille et donc sur le rendu impression.

Opacité : Mesure optique permettant de déterminer la transparence d'un support. C'est la faculté d'un papier à laisser passer la lumière par transparence. Le degré de transparence d'une feuille est lié à la formation et au taux de charges minérales qu'elle contient.
Unité utilisée : le %. Les papiers multifonctions ont une opacité comprise entre 90 et 92%. Plus le pourcentage est élevé plus l'opacité est importante.
C'est un élément que l'on peut détecter à l'œil nu.
C'est un élément essentiel pour obtenir des impressions recto-verso de bonne qualité.

Des critères manuels

La main : Rapport entre l'épaisseur et le grammage.
On dit que le papier a de la main lorsqu'il donne, au toucher, une sensation d'épaisseur et de résistance.
C'est la tenue du papier.

La rigidité : Elle est caractérisée par la résistance de la feuille à la flexion.
Unité utilisée : mètre Newton (mN)
Une rigidité minimum est essentiellement requise pour le passage sur des systèmes à haute vitesse.

Le lissage ou le satinage : favorise une impression parfaitement homogène des documents, ce qui est particulièrement important en impression couleur ou avec une forte proportion d'aplat. Il procure une sensation tactile de douceur et de confort.
Unité utilisée : pour les papiers standards :
Bendtsen (ml/min) > 200 et pour les papiers lissées ou couchés, le Bekk (sec.) > 60.
Le lissage a un impact sur le rendu d'impression.